Quelques semaines plus tard pourtant la secrétaire d'Etat à l'Ecologie Chantal Jouanno demandait à l’Afssa (Agence française de sécurité sanitaire des aliments) de revoir sa copie en lui demandant de prendre en compte les dernières études en la matière. Mieux encore elle affirmait que la France devait être particulièrement vigilante et devait montrer l'exemple.

Aujourd'hui on apprend que des sénateurs ont déposé le 27 juillet dernier une proposition de loi anti-bisphénol A dont le texte est très explicite : "Sont interdites la fabrication, l'importation, l'offre, la détention en vue de la vente ou de la distribution à titre gratuit, la mise en vente, la vente ou la distribution à titre gratuit de plastiques alimentaires contenant du Bisphénol A". Les sénateurs à l'origine de cette proposition ont fait référence à des pays comme le Canada qui ont définitivement interdit le BPA dans les biberons.

En attendant une éventuelle modification de la législation, vous pouvez toujours appliquer le principe de précaution à votre échelle. Le Réseau Environnement Santé vous recommande de privilégier le choix d'un biberon en verre ou en plastique sans BPA (tous les fabricants en proposent désormais) et dans tous les cas de stocker la nourriture dans le verre, la céramique ou dans des contenants à base d’acier inoxydable. Il vous recommande également d'éviter de chauffer de la nourriture ou des liquides dans des contenants en plastique.

Pour reconnaître le BPA , regardez les étiquettes des contenants en plastique, des cannettes et même des boîtes de conserve. Il vous est conseillé d'éviter les plastiques avec les codes de recyclage n° 3, n°6 ou n°7.

Rappelons que le Réseau Environnement Santé parle de nombreuses études scientifiques concluant à l'implication du BPA dans des problèmes sanitaires majeurs tels que : cancer, atteinte de la reproduction, trouble du comportement, diabète et obésité.