Pour répondre à touts ces questions il suffit de prendre connaissance du résumé du rapport européen public d'évaluation (EPAR) qui explique comment le comité des médicaments à usage humain (CHMP) a évalué les études réalisées afin d’aboutir à ses recommandations relatives aux conditions d’utilisation de ce médicament.

Commençons par la question de base : Qu’est-ce qu' EllaOne et dans quel cas l'utiliser ? EllaOne est un médicament contenant le principe actif ulipristal acétate. Il est disponible en comprimés blancs (30 mg). Il s'agit d'un contraceptif féminin d’urgence à prendre dans les cinq jours qui suivent un rapport sexuel non protégé ou en cas d’échec d’une méthode contraceptive (comme une déchirure du préservatif pendant le rapport).

A noter que le médicament n'est délivre que sur ordonnance. Son prix 30 euros. Pour l'instant il n'est pas remboursé par la Sécurité Sociale.

Quand et comment utiliser EllaOne ? EllaOne se prend à raison d’un comprimé dès que possible, mais au plus tard dans les cinq jours qui suivent un rapport sexuel non protégé ou en cas d’échec d’une méthode contraceptive.

Le comprimé peut être pris au cours ou en dehors des repas. Si la femme vomit dans les trois heures suivant la prise du médicament, elle doit prendre un autre comprimé. A noter qu' EllaOne peut être utilisé à n’importe quel moment du cycle menstruel.

Comment agit EllaOne ? La survenue d’une grossesse nécessite une ovulation (libération d’un oeuf), suivie de la fécondation de l’oeuf (fusion avec un spermatozoïde) et d’une implantation dans l’utérus. L’hormone sexuelle progestérone stimule la production des protéines qui jouent un rôle dans la programmation de l’ovulation et la préparation de la muqueuse utérine à recevoir l’oeuf fécondé.

Le principe actif d'EllaOne, l’ulipristal acétate, agit comme un modulateur des récepteurs de la progestérone ce qui signifie qu’il se fixe sur les récepteurs auxquels se lie normalement la progestérone, empêchant ainsi l’hormone d’exercer son effet.

Par son action sur les récepteurs de la progestérone, EllaOne empêche ainsi les grossesses en interférant avec l’ovulation et peut également induire des modifications au niveau de la muqueuse utérine.

Selon deux études menées sur ce médicament, EllaOne s’est avéré efficace comme contraception d’urgence évitant environ 3/5e des grossesses attendues.

Terminons par les effets indésirables d' EllaOne : Les plus couramment observés (chez plus d’une patiente sur 10) sont des douleurs abdominales et des troubles de la menstruation . D'autres effets indésirables plus rares sont décrits dans la notice.

Attention selon le rapport européen, EllaOne ne doit pas être utilisé chez les personnes pouvant présenter une hypersensibilité (allergie) à l’ulipristal acétate ou à l’un des autres composants ni par les femmes qui sont déjà enceintes