L'étude des relations familiales et intergénérationnelles (Erfi) de l'Ined confirme d'ailleurs ce que chacun ou chacune d'entre-nous peut constater au quotidien. Les tâches ménagères sont toujours inégalement réparties au sein des couples. La femme est toujours aux premières loges dès qu'il s'agit de repassage, de préparation des repas, des courses, de la vaiselle.... Bien sûr pas quetion de dire que l'homme ne fait rien à la maison, mais en ce qui concerne les tâches ménagères, le constat est bel et bien là.

L'arrivée d'un enfant accentue encore le "phénomène". Pour cela l'Ined a interrogé les mêmes couples en 2005 puis en 2008. Les chiffres parlent d'eux-mêmes. Une naissance accentue davantage encore le déséquilibre du partage des tâches entre conjoints. Il devient même particulièrement prononcé chez les couples qui avaient déjà un ou plusieurs enfants en 2005 et qui se retrouvent avec un enfant supplémentaire de moins de 3 ans en 2008.

Le déséquilibre se creuse pour la plupart des tâches : aspirateur, courses, préparation des repas. Aussi étonnant que cela puisse paraître il n'est fait nullement référence aux tâches qui incombent aux jeunes parents, à savoir s'occuper de bébé. Car faire un bébé c'est simple mais il faut ensuite s'en occuper, changer ses couches, lui donner son biberon, puis ses repas, l'habiller, le laver.. Des tâches que les hommes ont toujours tendance à laisser à leur chère et tendre "compagne".

L'enquête souligne que l'arrivée d’un enfant conduit à des ajustements professionnels qui touchent principalement la femme. Cessation ou réduction d'activité peuvent en partie expliquer la plus forte implication des femmes dans les activités domestiques.

Autre information à retenir, l’accentuation des inégalités après l’arrivée d’un enfant est mal vécue par les femmes. Les femmes les moins satisfaites appartiennent d'ailleurs à des couples où elles assument presque toute l’organisation ménagère.