Le ministère de la santé a expliqué que cette mesure avait été décidée afin d'aider les salariés les plus précaires. Et de citer notamment ceux qui « travaillant à temps très partiel ou enchaîne des contrats de travail courts avec des périodes de chômage ».